Fédération des Oeuvres Laïques de Vendée Aucune image

Portraits

être volontaire en service civique à lire et faire lire

Portrait de William Bouchière, jeune volontaire en fin de mission de service civique à la Ligue de l'enseignement de Vendée pour l'association Lire et Faire Lire.

Service Civique dans un lycée, un bon moyen pour Coraline de découvrir le monde de l'éducation.

Coraline Sicot, 25 ans, est la première à réaliser une mission de Service Civique dans le lycée Jean Monnet des Herbiers. Abandonnant le domaine de l’immobilier, elle est partie à la découverte de celui de l’éducation. Depuis octobre 2015, elle programme et organise des évènements au sein de la structure scolaire publique. Elle nous présente son parcours, sa mission très diversifiée et ses projets.

Peux-tu te présenter brièvement ?

Possédant un BTS profession immobilière, j’ai travaillé 5 ans dans ce domaine. Mais, j’ai vécu une sorte de burn-out. J’ai alors décidé de faire une pause et de me lancer dans quelque chose de nouveau.

Pourquoi as-tu décidé de réaliser un Service Civique ?

Ayant arrêté mon travail, j’ai découvert le dispositif du Service Civique et je me suis dit que c’était le bon moment et le bon moyen pour s’insérer dans le monde de l’éducation.

Comment s’est déroulée ta candidature ?

J’ai posé ma candidature sur le site, en donnant mes motivations et mes compétences. Puis, j’ai été conviée à un entretien au lycée, en présence du directeur, du directeur adjoint, des deux CPE (Conseillères principales d’éducation) et de Jessica (Référente du Service Civique de la Fédération de Vendée). Ils m’ont dit que j’aurais la réponse deux jours plus tard. En fait, j’ai reçu une réponse positive l’après-midi même.

Quelle est ta mission de Service Civique ?

L’intitulé de ma mission est « accompagner et promouvoir les élèves ». Je l’accomplis au sein du lycée Jean Monnet aux Herbiers. Cet établissement regroupe des troisièmes prépa pro, le lycée général et professionnel et des BTS. J’ai débuté ma mission en octobre et elle s’achève fin mai, elle se déroule donc sur une durée de 8 mois. Je suis présente au lycée du lundi au jeudi, de 9h à 16h, avec une heure de pause le midi, ce qui représente 24 heures par semaine.

Lire la suite : Service Civique dans un lycée, un bon moyen pour Coraline de découvrir le monde de l'éducation.

Maïlys : exit les dossiers, bonjour les jeux et la créativité !

Maïlys Legendre souhaitait que sa mission soit en rapport avec l'environnement.

Depuis mi-juin, une nouvelle tête est arrivée au centre équestre La Colline des Frettis, à Fontenay-le-Comte : Maïlys Legendre, 22 ans, en service civique jusqu'à mi-décembre. Après des études dans l'administratif, la jeune femme s'occupe maintenant de l'animation auprès d'enfants, une mission qui lui plaît énormément.

 

Que se cache-t-il derrière l'intitulé de ta mission, « sensibilisation des jeunes à l'environnement et à la culture locale » ?

   J'aide surtout la directrice du centre de loisirs de la Colline des Frettis pour l'animation auprès des enfants et j'interviens aussi au niveau administratif, pour du classement, des inscriptions par exemple. Je prépare des activités et ensuite, la directrice et moi les mettons en place avec les enfants. Dernièrement, nous avons fait une couronne de feuilles mortes pour les premiers jours de l'automne, par exemple. Lorsque les enfants sont avec les moniteurs d'équitation, je m'occupe de la partie administrative ou j'assiste aux cours d'équitation pour la sécurité, pour éviter qu'un enfant ne se blesse.

Qu'est-ce qui t'a amené à ce service civique ?

   J'ai fait un BEP secrétariat, puis un bac pro secrétariat en deux ans et un BTS assistante de gestion PME/PMI, que je n'ai pas validé. Je voulais entrer dans la vie active, alors j'ai fait plusieurs petits boulots. J'en avais assez de l'administratif, je voulais bouger, découvrir un autre domaine. En cherchant un service civique en contact avec les animaux ou en rapport avec l'environnement, j'ai trouvé cette mission-là. Après avoir passé un entretien, j'ai été prise à La Colline des Frettis.

Si tu devais tirer un bilan de tes premiers mois, que dirais-tu ?

   Que je prends plaisir à travailler ! Être en contact avec les enfants d'une part, et avec les animaux d'autre part, c'est super, ça me permet de me vider la tête. Je suis en train d'acquérir aussi une plus grande capacité d'adaptation car, à cause de la météo ou d'un imprévu, il faut parfois trouver une solution dans l'urgence. Heureusement, nous communiquons beaucoup entre collègues, ce qui fait qu'on ne se sent pas démuni.

As-tu des pistes pour la suite ?

   J'ai réellement pris conscience que travailler dans l'administratif n'était probablement pas fait pour moi. J'aimerais faire un bilan de compétences, pour voir ce dont je suis capable et vers quelle voie m'engager, en fonction de mes capacités et de mes envies. Je suis prête à reprendre une formation. Je me demande même si je ne vais pas passer mon BAFA, ce qui me permettrait de revenir l'été prochain à La Colline des Frettis pour le valider. Un diplôme qui pourrait aussi m'ouvrir d'autres portes...

Vidéo : Que sont devenus les anciens volontaires ?


Témoignages d'anciens services civiques de Vendée par fol85

Eurielle, à cheval entre l'animation et l'équitation

En dehors de ses heures de travail, Eurielle monte son cheval de formation, Nectar. 

 Eurielle El Ouaraki, 21 ans, est en service civique au centre équestre La Colline des Frettis, à Bouillé-Courdault (dans le Sud-Vendée). Depuis quatre mois, elle propose des activités pour les enfants autour de la nature et des poneys. Une première pour la jeune femme, qui n'avait pas d'expérience en animation.

 

Comment es-tu arrivée à La Colline des Frettis ?

   J'ai commencé des études de commerce il y a deux ans, mais j'ai arrêté en cours d'année. Je n'en pouvais plus de rester toute la journée sur une chaise sans bouger. Depuis mes 4 ans, je fais de l’équitation : j'ai alors envisagé de devenir monitrice. Je suis donc arrivée en novembre 2013 à Bouillé-Courdault, pour ma formation d'Accompagnateur de tourisme équestre (ATE). En mai dernier, un service civique découverte de l'environnement pour le jeune public s'est libéré et Antoine, le propriétaire du centre équestre, me l'a naturellement proposé. J'ai accepté la mission, qui s’arrêtera en mars.

Concrètement, en quoi consiste ta mission ?

   Je contribue à différents projets, comme l'organisation du club nature de La Colline des Frettis pendant les vacances scolaires. Nous nous occupons d'un petit jardin potager et nous faisons des balades à poneys en pleine nature, pour découvrir quels arbres sont toxiques pour le cheval par exemple. Quand je ne suis pas avec un groupe d'enfants, je prépare les activités, ce qui demande du temps et de l'imagination. Autre partie de ma mission : je participe à l'accueil du public les mercredis et samedis. Il s'agit surtout de répondre aux questions des parents concernant les compétitions, les inscriptions aux cours...

Que retiens-tu de ces premiers mois en service civique ?

   Ils m'ont permis de progresser concernant la gestion d'un groupe d'enfants et la création d'activités. Cela me correspond bien, car je n'aime pas me sentir inutile, j'ai toujours besoin de bouger, d'être dans l'action. J'ai également mûri et je suis devenue plus autonome, même si j'ai toujours été quelqu'un d'assez indépendant. 

As-tu des projets pour la suite ?

   L'année prochaine, je compte passer mon BPJEPS (Brevet professionnel de la jeunesse, de l'éducation populaire et des sports) mention équitation et mention tourisme équestre, pour être monitrice. À long terme, je souhaiterais avoir ma propre écurie de propriétaires, destinés aux chevaux de sport. Je pourrais y donner des cours privés... Mais c'est très difficile de se faire connaître : je devrai être capable de tout faire, il n'y a que de cette manière qu'on peut être bon.

Plus d'articles...

Actus de La Ligue

La Ligue de l’enseignement

Un avenir par l'éducation populaire La Ligue de l’enseignement

Connexion

Vidéos