Fédération des Oeuvres Laïques de Vendée Aucune image

Laïcité

Valeurs de la république et laïcité l'affaire de tous

Le 15 février de 9h30 à 17h nous vous donnons rendez-vous aux anciennes écuries des Oudairies à La Roche sur Yon pour une journée "Valeurs de la République et laïcité : l'affaire de tous".

Cette journée gratuite, est à destination des citoyens, élus locaux, enseignants, animateurs, soignants...

A 10h différents ateliers thématiques permettront d'entrer dans le sujet

  • Découverte de la laïcité
  • Laïcité et éducation
  • Laïcité et sports
  • Laïcité santé / medico social
  • Laïcité et insertion
  • Laïcité et collectivités territoriales
  • Laïcité et citoyens
  • Laïcité et droits des femmes

Le film "la séparation" de François Hanss sera également projeté.

Après le déjeuner, Nicolas Cadène, Rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité auprès du Gouvernement, interviendra pour une conférence sur "la laïcité aujourd'hui, enjeux et perspectives". 

A consulter

Compte rendu du carrefour laïque du 14 décembre 2017

10 Participants : Michelle BIRÉ (LDH), Denis DELHOMMEAU (DDEN Sainte Flaive des Loups), René DUBOIS (DDEN La Boissière des Landes), Simone FAVREAU (DDEN), GUILLON Daniel (DDEN), ÉVEILLÉ Rémy (FOL Saint-Georges de Pointindoux), Christophe LEAU (FCPE, PÉPAM), Jean-Pierre MAJZER (FOL), Dominique MONNERY (FOL), Anne-Marie SORREL (DDEN).

Excusés : Yolande BURNELEAU (Familles Laïques), Émilie CANTIN (PEPAM), Alexis FOURNIER (PEP), Claude LABOUR (SGEN-CFDT), Françoise MAJZER (FOL, DDEN), Yves RÉTRIF (FOL, DDEN), Claude SORRO (DDEN).


Compte rendu de la rencontre avec le Délégué du Défenseur des droits, Daniel TRAN, à laquelle participaient Émilie CANTIN, Dominique MONNERY et Jean-Pierre MAJZER.
« Votre combat est mon combat ! », dit le Délégué, qui invita à interpeller, au plus haut niveau, le Défenseur des Droits, Jacques TOUBON, le Président de la Ligue de l’enseignement, ainsi que les Responsables nationaux de nos organisations respectives. Deux courriers partirent aussitôt (voir ci-joints).
Commentaires

  •  Cette démarche est « une première en Vendée ». Elle permet à d’autres d’« oser ». « La pire des choses est le silence. » « L’information est essentielle. » Il importe de « faire savoir » – en s’adressant à tous, par tous les moyens. L’UNICEF ne doit pas être oubliée.
  •  La rencontre des DDEN avec la Présidente de l’Association des Maires de Vendée, Madame Anne-Marie COULON, « ouvre des portes, avec son aval ». » Au sein de notre Collectif, « nos démarches complémentaires peuvent être entendues ici et répercutées ailleurs ». Parce que nos rapports aux réalités sont différents, notre « hétérogénéité » est une richesse. Chacun a sa vision, mais on peut faire « cause commune. » La présence et l’intervention des DDEN sont, unanimement, jugées « capitales ».
  •  « On demande l’égalité sur le territoire français », un Collège public à Talmont, un abaissement des seuils et des effectifs par classe, des regroupements pédagogiques sensés, qui ne « coupent pas l’enfant de sa vie communale ». On attend « une dynamique ». Or, « le frein, c’est l’élu », qui met en question la « légitimité » des acteurs laïques, souvent isolés et méprisés.
  • Soyons clairs : « "privé" » remplace parfois, et efface "utilement" « catholique » et « confessionnel ». « Communautaire » n’est pas synonyme de « communal », et « les écoles hors contrat sont inquiétantes. »
  •  « Quelles sont nos "armes" ? La raison, la morale, le droit, la loi. » « Quel est notre pouvoir ? Rappeler l’intérêt supérieur de l’enfant, le pouvoir, le devoir des "pouvoirs publics". » Un Inspecteur d’Académie de Vendée, Monsieur ROBLIN, sut, en son temps, utiliser efficacement le rappel de la Loi René GOBLET du 30 octobre 1886 sur l'organisation de l'enseignement primaire : « Art.11. - Toute commune doit être pourvue au moins d'une école primaire publique […]. »
  •  Un élément de réponse à Joël BLANCHARD au sujet des « financements » : s’adresser au Préfet et, peut-être, invoquer l’article L.2141-1 du Code Général des Collectivités Territoriales, loi du 6 février 1992 : « Le droit des habitants de la commune à être informés des affaires de celle-ci et à être consultés sur les décisions qui les concernent, indissociable de la libre administration des collectivités territoriales, est un principe essentiel de la démocratie locale. »
  • La semaine de la laïcité. Dominique MONNERY évoque le cross de l’USEP – 850 participants (que « la presse » n’a pas vus) – l’édifiant concours de dessins sur la laïcité, les riches expositions du CDHMOT et de la Libre Pensée, la belle fête des 90 ans de la Fédération des OEuvres Laïques de Vendée. Michelle BIRÉ remercie les prises de parole appréciées, le samedi 9, au pied de l’Arbre de la Liberté, avec la participation de scolaires et d’adultes commentant la Charte de la laïcité. À renouveler.

Décisions

  •  Envoi d’un dossier mettant en lumière les situations « les plus criantes », suite à la demande de JUSTEAU Émilie pour le Défenseur des Droits à Paris. Dossier contenant :

– la carte des Communes de Vendée avec ou sans école à la Rentrée 2017,
– tous les documents concernant Maché, La Boissière de Montaigu, Martinet, Givrand, Talmont.

  • Interpellation de chacune de nos organisations représentées au sein du Carrefour d’action laïque.
  • Demande de rencontre à adresser au Préfet, à la D.A.S.E.N., et à chacun des cinq députés.
  • Recensement exhaustif de tous les destinataires de nos travaux et publications. Prochaine réunion du Carrefour d’action laïque : jeudi 25 janvier 2018, de 17 h 30 à 19 heures.

Pour le Carrefour d’action laïque : Jean-Pierre MAJZER, Dominique MONNERY.

A consulter 

Compte rendu du carrefour laïque 12 octobre 2017

15 Présents : Michelle BIRÉ (LDH), Laurence BOISSEAU (La Boissière de Montaigu), Jacques-Louis BUTON (Francas de Vendée), Denis DELHOMMEAU (DDEN Saint-Georges de Pointindoux), René DUBOIS (DDEN La Boissière des Landes, Rémy ÉVEILLÉ (FOL 85, DDEN), Monique GUÉRIN (ex. présidente de l’Amicale Laïque de La Boissière de Montaigu), Christophe LEAU (FCPE-PEPAM), Julie LHOMEAU (La Boissière de Montaigu), Jean-Pierre MAJZER (FOL 85), Michel MARUCELLI (CDAFAL 85), Dominique MONNERY (FOL 85), Élise PITON (La Boissière de Montaigu), Mathias TRIBALLEAU (Président de la FCPE 85), Yves RÉTRIF (FOL 85, DDEN).
Excusés : Yolande BURNELEAU (Familles Laïques), Patricia CEREIJO (FOL 85), Simone FAVREAU (DDEN), Émilie CANTIN (PEPAM), Daniel GUILLON (DDEN), Claude LABOUR (SGEN-CFDT), Françoise MAJZER (FOL 85), Anne-Marie SORREL (FOL 85, DDEN), Claude SORRO (DDEN).

Réflexions, propositions d’action
Retour sur les décisions prises le 7 septembre : réponse à la lettre de Madame la Députée LEGUILLE-BALLOY, atteintes aux droits de l’enfant à transmettre à Michèle BIRÉ, Présidente de la LDH.

La situation scolaire
Maché
Rappel des vicissitudes. Au départ, 60 enfants. 35 sont inscrits. En Mairie, 14 seulement. Refus ferme d’une école. Départ du car à 7 heures 15 ; garderie et repas tarifés hors commune. La mutualisation n’est pas allée jusqu’au bout.
L’intervention de Joël BLANCHARD vise le cofinancement d’une école publique à Maché.
Parmi les questionnements : la création d’un syndicat intercommunal à vocation scolaire. La loi NOTRe (Nouvelle Organisation Territoriale de la République) va imposer dix compétences intercommunales.
Mais, mieux vaudrait « ne pas ouvrir la boite de Pandore de l’intercommunalité », qui est un piège, un danger, toujours au détriment des petites écoles rurales. Défendre l’équation « une commune : une école publique » : la compétence scolaire est communale.


La Boissière de Montaigu
Rapide historique présenté par les fondateurs de l’Amicale Laïque (association née en 2015) qui connaît vite, malgré le désir de concertation, la mise à l’écart et l’hostilité. « Propos insupportables », tracts anonymes : « On aime La Boissière ou on la quitte », accusation de « vouloir tuer l’école privée ». Face à la fermeture du registre, et le dénigrement d’élus pourtant censés représenter la République, la dissolution a lieu en mai 2017.
Des parents optent pour La Guyonnière par « dépit ». Ils demandent une école publique dans leur commune et, dans l’intervalle, un transport gratuit. (voir ARTEJ Pays de la Loire ).
Lettre adressée à la commission scolaire : sans réponse ; demande orale lors des voeux du Maire : « On a d’autres chats à fouetter. » Chantage avec Familles rurales.
Détermination et épuisement des parents. Une situation qualifiée de « scandaleuse » par le Collectif.
Comment contraindre la municipalité, échapper au blocage des inscriptions sur ONDES (ex Base élèves) ?
Deux questions décisives : « D’où viennent les enfants ? Qui inscrit ? » (Le Maire ou le Directeur qui reçoit une délégation de pouvoir).
Si l’« on n’a plus de moteurs », il nous faut réaffirmer nos convictions – comme à Talmont saint Hilaire – rappeler que nos enfants sont « des enfants de la commune », exiger « la gratuité ». Nous ne voulons ni de « fracture sociale » ni scolaire. « Pas une commune sans une école, pas une ville sans un collège […] », affirmait déjà Victor HUGO, en 1850.
Quelles solutions ? « Faire respecter le droit et la loi », faire connaître à la LDH (dossier pour Paris) toutes les atteintes au droit et les communes sans école publique, être présents, « se refédérer » ; « communiquer » (y compris sur support papier). L’exemple de Boufféré est encourageant : une ouverture en 2005, et 10 classes actuellement. Demander que les inscriptions aient lieu en mairie, à la Préfecture et à l’Inspection académique, auprès des DDEN.

Décisions

  •  Médiatiser toutes nos actions au moyen de tous les réseaux que nous connaissons.
  •  Participer à la journée du 20 novembre 2017 : journée internationale des droits de l’enfant.
  •  S’adresser au Médiateur de la République (aides financières directes et indirectes en direction de l’école privée).
  • Préparer une rencontre avec le Préfet et l’Inspection académique (urgence des registres, rappel de la loi aux élus, sauvegarde de la cohésion sociale et de l’intérêt général…). Prochaine réunion du Collectif : le jeudi 16 novembre 2017, de 17 heures 30 à 19 heures.

Pour le Collectif : Jean-Pierre MAJZER, Dominique MONNERY

Compte rendu du carrefour laïque 16 novembre 2017

Présents : Michelle BIRÉ (LDH), René DUBOIS (DDEN Aubigny- les Clouzeaux), Émilie CANTIN (Présidente de l’Association PEPAM de Maché), Alexis FOURNIER (AD PEP85), Christophe LEAU (FCPE-PEPAM), Jean-Pierre MAJZER (FOL 85), Dominique MONNERY (FOL 85), Stéphanie RÉNIER (SNES-FSU 85).
Excusés : Yolande BURNELEAU, Denis DELHOMMEAU, Rémy ÉVEILLÉ, Simone FAVREAU, Daniel GUILLON, Françoise MAJZER, Yves RÉTRIF, Anne-Marie SORREL. (Certains DDEN sont en Conseil d’École).


. Les faits, les réflexions, les objectifs…
« Des atteintes à l’instruction publique qui est un devoir de l’État »
Des heures d’enseignement de collèges non assurées (Aizenay, Saint-Gilles-Croix-de-Vie…). Cent neuf postes non pourvus dans l’Académie. À chaque niveau, un problème : de la maternelle à l’université, en passant par l’abandon du Collège de Talmont. Le droit aux vacances est inaliénable.
Remise en cause méprisante d’actions positives laborieusement entreprises. (Mise en place de nouveaux rythmes, activités périscolaires, lecture…).
« Des atteintes au droit de l’enfant et des familles » et « le devoir des communes »

  •  Maché

Rappel du scandale du registre ouvert un mois, quatre heures par semaine, sur rendez-vous – accessible en couple. Une discrimination doublée d’inquisition.
Malgré les obstacles, à l’origine, les intentions d’inscription étaient de trente-cinq.
Les enfants de Maché sont accueillis à Aizenay, mais les transports sont inadaptés : départ à 7 heures 42 ; retour à 17 heures 45). La garderie est payante au tarif hors commune. (Fin de la Convention en 2019). Le principe de mutualisation est intervenu parce qu’il y a eu imprévoyance de la part de la Municipalité.
On ne veut pas d’« un service public par défaut. » On veut la clarté sur la destination des fonds publics.
« Nous serions irresponsables de nous taire. » « On mise sur l’épuisement. »
Il faudra reprendre contact avec Joël BLANCHARD afin de rencontrer le Président de la Communauté de communes d’Aizenay.
La Ligue des droits de l’Homme et du Citoyen réalise un « focus » sur la Vendée. Appel est lancé pour que, le 9 décembre, des enfants s’associent à la lecture des quinze articles de la Charte de la laïcité.

  •  La Boissière de Montaigu

Certainement en souffrance compte tenu du silence. (À rapprocher de l’analyse faite dans le Rapport 2016 du Défenseur des droits : « peur des conséquences » ; « Le non-recours au droit est un phénomène majeur dans notre société).
« La loi de 2013 et les rythmes scolaires »
Exiger l’application de la loi : le triptyque et le drapeau républicains doivent être visibles.
Cesser toute discrimination à l’égard de l’école publique, qui est « la seule école communale ».
Un exemple : celle de l’Angelmière élémentaire. « Les écoles privées qui fonctionnent sur quatre jours par semaine bénéficient des séances de piscine prioritairement l’après-midi, et les écoles publiques doivent choisir des matinées, ce qu’elles regrettent car les apprentissages fondamentaux du matin en souffrent. Il devient urgent de se pencher sur ces rythmes qui augmentent encore la dualité des écoles en Vendée. »
Communiquer pour le respect du droit et redonner de l’espoir. « Le droit est un combat ».

Décisions

  • Pour «rendre effectifs les droits ». (À développer auprès du Délégué du Défenseur des droits). . Respect du droit à l’instruction dans de bonnes conditions, et scolarisation sans discrimination.

. Ouverture d’une école publique dans chaque commune où la population scolaire l’exige.
. Présence officielle, et publiée, d’un registre d’inscription scolaire protégé à la Préfecture.
. Inventaire exhaustif des fonds publics directs ou indirects, des sommes et moyens publics mis à disposition des écoles privées sous contrat et hors contrat par la Chambre régionale des comptes.
La délégation sera composée d’Émilie CANTIN, Dominique MONNERY, Jean-Pierre MAJZER.

  • Demande de rencontre avec la Députée Patricia GALLERNEAU.

Prochaine réunion du Carrefour d’action laïque : jeudi 14 décembre 2017, de 17 h 30 à 19 heures.
Pour le Carrefour d’action laïque : Jean-Pierre MAJZER, Dominique MONNERY.

A consulter

Compte rendu du carrefour laïque 4 aout 2017

Présents : Michelle BIRÉ (LDH), Yolande BURNELEAU (Familles Laïques), Denis DELHOMMEAU (DDEN, Saint-Georges de Pointindoux), Christophe LEAU (FCPE-PEPAM), Jean-Pierre MAJZER (FOL 85), Dominique MONNERY (FOL 85), Rémy ÉVEILLÉ (FOL 85, DDEN), Anne-Marie SORREL (FOL 85, DDEN), Yves RÉTRIF (FOL, DDEN).
Excusés : Simone FAVREAU (DDEN), Daniel GUILLON (DDEN), Françoise MAJZER (FOL 85).

Les faits, les réflexions
Rémy ÉVEILLÉ et Denis DELHOMMEAU exposent la situation et donnent lecture d’un projet de lettre 

  • La Communauté de Communes ayant pris la compétence jeunesse, une nouvelle configuration de la carte scolaire pour les écoles publiques du Pays des Achard pourrait prévoir le transfert des élèves de Saint-Georges à Sainte Flaive.
  •  Il s’agit d’« un projet funeste », d’une « attaque frontale de l’école publique sur des positions idéologiques », qui atteint « l’âme de la commune » et interroge son avenir.
  •  « Les enfants sont pris comme des objets d’ajustement. » Le mépris de « leurs conditions de vie et d’apprentissage » risque de les mettre « en errance d’école ».
  •  Il y a « imposture » et « argument fallacieux » de la part des partisans du privé à « demander l’égalité de traitement tout en s’exonérant des règles du service public. »
  •  La « moralisation de la vie publique » exige la transparence dans le mode de calcul du « prix de revient d’un élève ». Ne pourrait-elle pas conduire à renoncer aux "versements privés"?
  •  S’il n’est pas question de « convention ruralité » conduisant à « de nouveaux modes d’organisations, à des mutualisations et des restructurations, les décisions prises y font penser.
  •  Si c’était le cas, tout changement doit être une « co-construction » ayant pour finalité « la qualité de l’accès global à des services publics » […] « de proximité ».

Décision
Le Carrefour d’action laïque réuni décide de publier le communiqué suivant : Réaction du Carrefour d’action laïque de Vendée sur la carte scolaire au Pays des Achards Dans l’édition d’Ouest-France du mardi 1er août, les initiatives de la Communauté de Communes des Achards appellent le Carrefour d’action laïque à réagir. Il est obligatoire que le service public de l’éducation nationale soit préservé et amélioré en milieu rural ; la carte scolaire doit rester compétence communale. Le droit de l’enfant doit être respecté ; les familles doivent bénéficier d’un service public de proximité. À défaut d’école publique dans une commune (par exemple Martinet), le Maire ne peut s’opposer à toute demande de compensations financières envoyées par la commune d’accueil en respect de la loi républicaine. Le Préfet peut exiger, à l’inscription au budget de la CCPA, que la contribution soit basée sur le coût moyen d’un élève de l’école publique en Vendée. À ce sujet, on s’étonne des différences d’une commune à une autre. Une imposture réside dans l’argument fallacieux du « caractère propre » entretenu par les tenants de l’école privée et les élus qui les soutiennent – imposture selon laquelle, au nom de l’égalité de traitement de tous les enfants, un subventionnement public s’impose, alors qu’ils s’exonèrent dans le même temps des règles communes du service public. Le Carrefour d’action laïque demeure vigilant sur l’évolution de ce dossier.

Rappel de la prochaine rencontre : jeudi 7 septembre 2017, de 17 h 30 à 19 heures.

Actus de La Ligue

La Ligue de l’enseignement

Un avenir par l'éducation populaire La Ligue de l’enseignement

Connexion

Vidéos